À propos

fredcanoë Comme beaucoup de gamins qui ont grandis près d’une rivière ou d’un petit étang, pécher ou naviguer est un truc naturel que je me suis mis en tête de savoir faire dès mes premiers pas.
J’ai manqué de me noyer dix fois dans des bateaux de fortunes bricolés avec trois planches.
Ces moments là ont marqué ma vie à tout jamais du sceau du sauvageon pour qui les meilleurs moments sont ceux passés au bord d’une rivière, le fond de culotte mouillé, un peu transi par le froid mais béat devant la beauté qui l’entoure.
Depuis aussi loin que je m’en souvienne j’ai toujours traqué les coins reculés, sauvages. Mon rêve de gosse était de trouver l’endroit secret perdu au milieux des forêts ou les poissons n’avaient jamais croisé un pécheur.

J’ai toujours un peu honteusement caché au fond de moi ces motivations, éloignées de l’esprit de compétition qui animait mes potes. Eux voulaient aller plus vite, lancer plus loin, capturer plus de poissons, moi je persistais à mettre le mot beauté à la place du mot performance.

Un jour béni, il y a 20 ans, en descendant vers la Carretera Austral J’ai commencé à pêcher à la mouche sur les vastes rivières Chiliennes.
J’ai péché tous les soirs pour manger du poisson.
La rivière à toujours été pour moi un lieu de sécurité, ou l’eau et la nourriture se trouvent en abondance !  Et un lieu de confort car on ne dors jamais aussi bien que bercé par le bruit d’un torrent après une soirée au coin d’un feu de bois.
Je ne sais plus pourquoi exactement j’ai acheté ma première canne à mouche dans cette boutique au bord d’une route poussiéreuse. Ce n’était pas rationnel parce que je ne roulais pas sur l’or … Peut-être parce que, quelques mois auparavant, j’avais passé  une journée à parler bouffe, pêche, littérature et de la vie comme une chandelle à bruler par les deux bouts, autour d’une table avec Jim Harrison et des amis, ou tout simplement parce que c’était le moment… En tout cas j’ai découvert ce jour là en faisant voler ma soie pour la première fois que la pêche à la mouche est un art exigeant, qui frôle le sublime.

Depuis avec mes amis j’ai navigué et appris à apprivoiser les plus belles rivières européennes. Je transmet cette passion du kayak, du raft du canoë comme moniteur professionnel depuis l’âge de 16 ans.

Même si j’ai toujours eu un canoë pour naviguer au cœur des plus grandes villes dans lesquelles j’ai vécu, comme Berlin ou Paris, avec une soif de nature comme la mienne on ne tiens pas longtemps au cœur d’une mégalopole.
Avec ma compagne  nous avons donc choisi de vivre au plus près de nos passions, au cœur de la nature sauvage dans une ancienne bergerie entièrement restaurée de nos mains à 1200m d’altitude au bord d’un torrent à truite. Notre habitat est totalement autonome en énergie, en harmonie avec la nature.  

cuisine

C’est également là que je fabrique les cannes à pêche HOURC. Des cannes adaptées à toutes les pêches à la mouche que je pratique.
Je monte également mes mouches, par plaisir de créer de mes mains ces artefacts.
Ma passion ne s’arrête pas quand je quitte la rivière, et comme le dis Thomas Mc Guane l’une de mes auteurs fétiches « je suis déterminé à approfondir l’expérience à n’importe quel prix »

La pêche et la vie en compagnie des rivières est une philosophie de vie. Et dans cette quête il y a cette recherche des instants parfaits.

Pour comprendre une rivière il faut passer du temps auprès d’elle, il faut l’apprivoiser, l’écouter et l’observer longuement. Apprendre à glisser sur ses flots c’est entrer dans l’intimité des rivières.

C’est pour vous faire partager ces passions que je vous invite à m’accompagner dans mes itinérances en compagnie des rivières…

 

Fred Lombard

Contact :
lehourc@gmail.com
06.35.92.10.91

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer